Séjour Bizerte : Tourisme et voyage à Bizerte - Federal Hotel Tunisie

23 octobre 2019 / 23 صفر Safar 1441

Bizerte : Hotels | Restaurants

Ain Meriem Beach Holiday Village
Route De La Corniche, Bizerte
Hotel Corniche Palace
Hôtel 3 étoiles
Route De La Corniche, Bizerte
Andalucia Beach Hotel
Hôtel 4 étoiles
Zone Touristique Sidi Salem, Bizerte
Complexe Touristique Sidi Salem
Zone Touristique, Bizerte
Jalta
Hôtel 2 étoiles
Route De La Corniche, Bizerte

L'histoire de Bizerte

Bizerte est une ville du nord de la Tunisie située entre la mer Méditerranée et le lac de Bizerte.Elle se trouve à 65 kilomètres au nord-ouest de Tunis, la capitale du pays, et à 15 kilomètres du cap Blanc (la pointe septentrionale de l'Afrique). La municipalité a une population de 114 371 habitants (recensement de 2004) mais on peut estimer la population de son agglomération (comprenant également Menzel Jemil et Menzel Abderrahmane) à environ 150 000 habitants.Les Bizertins sont les descendants d'immigrés arabes et berbères d'Algérie, fuyant les années de sécheresse de la fin du XIXe siècle, de musulmans d'Andalousie, de slaves musulmans de l'Empire ottoman, de Siciliens, de Corses, de Sardes, de Maltais et de Russes blancs (installés à Bizerte après la Révolution russe de 1917).

Bizerte : Histoire

Petit comptoir fondé aux environs de 1100 av. J.-C. par les Phéniciens, la ville passe sous l'influence de Carthage après la défaite d'Aghatocle pendant les guerres puniques. Elle est ensuite occupée par les Romains sous le nom d'Hippo Diaritus ou Zaritus. Sa conquête efface d'un trait neuf siècles d'histoire punique. Démantelée, la ville voit son territoire passer sous la coupe d'Utique qui prend le parti de Rome. Il faudra longtemps pour qu'une nouvelle ville romaine s'érige à la place du site punique d'Hippo Diarrhytus.

La ville est ensuite conquise par les armée musulmanes qui lui donnent son nom actuel. À partir de 1050, le déferlement des tribus hilaliennes provoque l'effondrement de l'État ziride et le pays éclate en une multitude de petites principautés indépendantes. Bizerte n'échappe pas à la tentation séparatiste. La restauration de l'autorité almohade annonce une nouvelle rupture : quelques 20 ans plus tard, l'Ifriqiya accède au statut de province autonome et voit émerger la dynastie hafside.

En 1535, les troupes de Charles Quint prennent la ville, mais les Turcs les chassent en 1574. Elle connaît alors, grâce à son port, sa première grande période de prospérité. Base de pirates, le nombre des captifs chrétiens dépasse les 20 000 au début du XVIIIe siècle. En réaction, la ville subit le bombardement de la marine du roi de France en 1681. Les 4 et 5 juillet 1770, l'escadre du comte de Broves bombarde à nouveau la ville et détruit les installations du port. En 1784 et 1785, ce furent les Vénitiens qui bombardent la ville et le port avec des bombes incendiaires.

L'abolition de la piraterie en 1818 aurait pu porter un coup fatal à Bizerte mais le lac, dans lequel se reproduisent dorades, soles, mulets, loups et pageots si faciles à piéger quand ils regagnent la mer en empruntant le chenal qui traverse la ville, compense pendant quelques années ces pertes de revenus. Les Bizertins deviennent donc pêcheurs et c'est par centaines de tonnes que le poisson est exporté chaque année vers Tunis, l'Italie et la France. En 1786, un décret beylical accorde à la France les droits exclusifs de la pêche du corail. Les contrebandiers suivent aussitôt et, en 1800, on estime le nombre de corailleurs à 8000. Génois, Catalans, Vénitiens, Siciliens, Pisans, Corses et Marseillais, ils fondent nombre d'entrepôts et de commerces dans l'îlot de R'baâ mais ne mettent qu'une cinquantaine d'année à détruire les massifs de corail. En 1850, ils ne sont plus que 2000.

Plan de Bizerte en 1890

La France obtient la primauté de la ville lors du traité de Berlin en 1878 et entreprend alors la construction d'un grand port militaire sur le modèle de celui de Toulon du fait du rôle stratégique de la ville sur le canal de Sicile. Ainsi, un canal est creusé pour relier la mer Méditerranée au lac de Bizerte où est aménagée une rade. De l'autre côté du lac est fondée la cité de Ferryville qui est appelée aujourd'hui Menzel Bourguiba.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, la ville est occupée en novembre 1942 par les Allemands puis, après l'avoir bombardée de nombreuses fois, les Americains la reprennent le 7 mai 1943.

Malgré l'indépendance accordée à la Tunisie en 1956, la France conserve la base de Bizerte jusqu'en 1963, ce qui entraîne de nombreuses tensions entre la Tunisie d'Habib Bourguiba et la France de Charles de Gaulle qui atteignent leur paroxysme lors de la crise de Bizerte.

La ville est aujourd'hui tournée vers le tourisme malgré la forte présence de l'armée tunisienne (Bizerte est la plus grande base aérienne de Tunisie).