Séjour Mahdia : Tourisme et voyage à Mahdia - Federal Hotel Tunisie

11 décembre 2019 / 13 ربيع الثاني Rabi' al-thani 1441

Mahdia : Hotels | Restaurants | Shopping | Tourisme

Thalassa Mahdia
Hôtel 4 étoiles
Zone Touristique Mahdia, Mahdia
Hôtel Caribbean World Mahdia
Hôtel 4 étoiles
Zone Touristique, Mahdia
Hôtel Mahdia Palace Thalasso & Golf
Hôtel 5 étoiles
Zone Touristique , Mahdia
El Mouradi Mahdia
Hôtel 5 étoiles
Nouvelle Zone Touristique, Mahdia
El Mouradi Cap Mahdia
Hôtel 3 étoiles
Route De La Corniche, Mahdia

L'histoire de Mahdia

Mahdia est une ville côtière tunisienne située à 205 kilomètres au sud de Tunis. Chef-lieu du gouvernorat du même nom, elle constitue une municipalité de 45 977 habitants.Construite à l'origine sur une presqu'île de 1 400 mètres de longueur sur 500 mètres de largeur, elle abrite l'un des premiers ports de pêche du pays. De plus, l'activité touristique pèse de plus en plus dans l'économie locale. Enfin, c'est un centre tertiaire en développement qui a développé depuis quelques années un pôle d'enseignement supérieur (avec notamment l'établissement de l'Institut d'économie et de gestion ouvert en 1999).Si le centre historique de Mahdia se situe sur la presqu'île, la ville s'est étendue vers l'intérieur des terres (par les quartiers d'Hiboun et de Zouila notamment).

Mahdia : Histoire

Ses noms historiques sont Jemma, Aphrodisium et Cap Africa.

Sa situation géographique stratégique et ses fortifications permettent à la ville de jouer un rôle de premier plan dans le bassin méditerranéen jusqu'au XVIe siècle. Mahdia est tout d'abord un comptoir phénicien puis romain sous le nom d'Aphrodisium avant d'être officiellement fondée en 916 par le premier calife fatimide Ubayd Allah al-Mahdi qui lui donne son nom actuel. La ville devient ainsi la « capitale » des Fatimides en 921 et le reste jusqu'en 973, date à laquelle Le Caire devient leur capitale. Assiégée durant huit mois (944-945) par les kharidjites sous la conduite de leur chef Abu Yazid, la ville résiste victorieusement.

En 1057, les Zirides s'y réfugient face à la menace des Hilaliens. Roger II de Sicile (premier comte normand de Sicile) l'occupe en 1148 et maintient son assise sur la ville jusqu'à la chute de celle-ci, dans les premiers jours de 1160, aux mains des Almohades. La ville perd alors de son importance politique au profit de Tunis mais n'en demeure pas moins un important port considérée comme la clé du pays.

La ville est la proie de plusieurs sièges. En 1390, devant la perte de ses positions commerciales en Tunisie en faveur de Venise, Gênes organise une expédition militaire à laquelle elle a voulu donner le caractère d'une nouvelle croisade, au prétexte de se venger de la piraterie des barbaresques contre les chrétiens. Elle obtient l'assistance d'un corps de seigneurs franco-anglais, dont Louis II de Bourbon qui en prend le commandement. La place, défendue par les Arabes de Bougie (actuelle Béjaïa), de Bône, de Constantine et d'autres pays du Maghreb, venus au secours des Tunisiens, résiste à toutes les attaques, et les alliés, que les mésintelligences ne tardent pas à diviser, sont obligés de reprendre la mer après soixante et un jours de combats infructueux.

Mahdia est prise au XVIe siècle par le corsaire Dragut qui en fait son repère. Charles Quint s'empare de la ville en 1550. Les Espagnols y restent jusqu'en 1554 et, en repartant, font sauter les remparts que les Ottomans ne reconstruiront que partiellement. Depuis, la ville a retrouvé son calme et est devenue l'un des plus grands ports de pêche de Tunisie.

La « galère de Mahdia », remontant au Ier siècle av. J.-C. et chargée d'objets d'art athéniens est retrouvée à six kilomètres au large de Mahdia. Elle fait de la ville l'un des plus riches sites de l'archéologie sous-marine en Tunisie.

Mahdia : Économie

Aujourd'hui, l'économie de Mahdia est principalement axée sur le tourisme, la pêche : premier port de pêche de Tunisie, il est très animé, à certaines heures, et possède des conserveries conditionnant le poisson bleu. On peut y admirer de beaux chalutiers équipés pour la pêche au lamparo (pêche de nuit), l'huile d'olive : la ville se situe à l'est d'une grande oliveraie. Des huileries permettent de produire l'huile mais aussi des grignons et du savon, le textile et le cuir ou l'artisanat du bois et de la soie.

Les plages de sable blanc, les nombreux hôtels et son histoire en font l'une des stations balnéaires les plus appréciées en Tunisie. La zone touristique est située au nord de la ville, plus précisément dans le quartier de Hiboun. La grande majorité des hôtels de la ville se trouvent en bord de mer et l'offre est variée, allant des palaces de cinq étoiles aux centres de thalassothérapie et aux hôtels de trois étoiles plus abordables.

Mahdia compte quelques monuments et sites dignes d'intérêt :

Skifa Kahla (appelée aussi Bab Zouila), une énorme porte fortifiée datant du XVIe siècle, l'un des points d'accès au centre historique de Mahdia et l'un des rares vestiges des anciens remparts de la ville ;Bordj El Kébir, une forteresse imposante, dotée d'un passage voûté et courbé menant dans une cour imposante, érigée en 1595 vers la pointe du cap Afrique ;la Grande mosquée fondée en 916 par le chiite Ubayd Allah al-Mahdi, ayant subit plusieurs remaniements pour être finalement restaurée dans les années 1970 sur le plan de la mosquée du Xe siècle, et connue dans la région pour son absence de minaret ;le cimetière marin situé au bout de la presqu'île et ouvert directement sur la mer ;les épaves sous-marines datant aussi bien des guerres du Moyen Âge que de la Seconde Guerre mondiale qui gisent au large de la ville ;


Plage de Mahdia

Vue du cimetière marin devant le cothon phénicien

Vue intérieure du Borj El Kébir

Intérieur de la Grande mosquée